[email protected] Livraison express gratuite dès 50€ d’achats en France et Europe

  • fr

Avec Fyllde, j’ai la chance de faire pas mal de belles rencontres humaines et de découvertes sportives ! Etant un coureur régulier, j’avais déjà croisé pas mal de gens qui semblaient courir longtemps et régulièrement avec leur fidèle compagnon, sans me poser alors plus de questions… Jusqu’à ce que je découvre la très belle discipline qu’est le canicross avec les champions Lo et Lupo ! J’en ai profité pour les interviewer et vous le faire découvrir 🙂

Le Canicross pour les nuls

Hello Lo et Lupo, commencez par me parler un petit peu de vous !

Moi c’est Lo, j’ai 33 ans, je suis journaliste, blogueuse et j’habite à Amiens. Mon compagnon de route c’est Lupo, un braque de Weimar de 4 ans. Il fait partie de ma vie depuis un peu plus de trois ans, il m’a été offert par mon chéri à l’occasion de mon trentième anniversaire. Depuis, nous sommes inséparables.

Lo et Lupo à l'entrainement
Lo et Lupo à l’entrainement

Il me semble que vous êtes très sportifs et que vous avez toujours baigné dans le sport ?

J’ai commencé la course à pied assez tardivement, à l’âge de 28 ans. Au départ, c’était pour perdre quelques kilos et me remettre en forme. Je n’étais pas du tout sportive, j’en ai bien bavé. C’est un sport assez ingrat, difficile, exigeant. C’est d’ailleurs ça qui m’a plu : essayer de faire toujours mieux que la fois précédente, plus loin, plus vite, plus longtemps. Assez rapidement, je suis devenue complètement addict.
Le braque de Weimar est un chien énergique, sportif, endurant, il a besoin de beaucoup d’exercice au quotidien. Quand Lupo est arrivé dans ma vie, il était évident qu’on allait partager ça ensemble.

Comment vous définissez le canicross ?

Comme son nom l’indique, le canicross, c’est de la course à pied qui se pratique avec un chien, souvent sur des terrains souples et accidentés. C’est un sport d’équipe où le maître et son chien ne font plus qu’un grâce à du matériel spécifique qui leur permet de courir reliés l’un à l’autre : un baudrier pour le maître, un harnais de traction pour le chien, une ligne de trait entre les deux.
On pourrait croire que c’est facile et qu’il s’agit de laisser le chien faire tout le boulot mais c’est plus complexe que ça : il faut accompagner son chien dans l’effort (d’ailleurs celui-ci doit toujours être devant, jamais contraint!), le guider dans les directions (cela nécessite un apprentissage), anticiper ses réactions et être à son écoute. Tout cela en gérant son propre effort naturellement. Croyez-moi, c’est du sport !

Comment est-ce que vous en êtes venus à pratiquer le canicross ?

J’ai commencé à courir avec Lupo à l’été 2016. Il m’accompagnait en libre (sans laisse) dans mes sorties et il adorait ça. De mon côté, je trouvais sa compagnie très agréable également. Le problème, c’est que le braque de Weimar est un chien de chasse à l’instinct très développé. Lupo passait donc le plus clair de son temps à pister, traquer et courser toutes sortes de bestioles durant nos footings. Et moi, je passais mon temps à le surveiller et à le rappeler à l’ordre, ce qui me gâchait un peu le plaisir. En cherchant un moyen confortable de le relier à moi pour éviter ce genre de soucis, je suis tombée par hasard sur le canicross. Je me suis équipée et nous avons fait notre premier essai. J’ai de suite été conquise par ce sport et les sensations qu’il procure !

Est-ce que je peux mettre mon chien au canicross ? C’est quoi vos conseils pour débuter ?

Tous les chiens, en principe, peuvent courir ! Il faut bien sûr adapter le type d’effort à leurs capacités physiques et leur morphologie (on évite les sorties trop soutenues avec les chiens à museau écrasé comme le bouledogue ou les chiens obèses par exemple). Je conseille de demander le feu vert de son vétérinaire avant d’investir dans du matériel adapté (la laisse classique et le collier, on oublie!). Et d’y aller très progressivement, sans brûler les étapes, pour éviter les risques de blessures.
Comme c’est un sport d’équipe, il faut également toujours veiller au bien-être de son compagnon. Un chien ne parle pas, il ne peut donc pas se manifester quand il a soif, quand il est fatigué ou quand il en a marre. Il est donc impératif de bien l’observer pour anticiper ses besoins, la complicité est donc essentielle. Enfin, même si on décide de se lancer en compétition, il faut garder à l’esprit que le chien n’en a rien à faire des chronos et des podiums. Il court uniquement pour faire plaisir à son maître donc un seul mot d’ordre : le respect avant la perf !
Voilà pour l’essentiel. Pour plus de détails, rendez-vous sur mon blog, dans cet article, je dis tout ce qu’il faut savoir pour courir et s’amuser avec son chien :

Lupo et Lo, quelles sont les forces et faiblesse de chacun ?

La grande force de Lupo, c’est sa détermination ! A l’entraînement, il se laisse souvent déconcentrer par des odeurs, des congénères ou des proies à chasser mais en compétition, il se transforme radicalement. Il ne pense alors qu’à une chose : courir ! Son petit faible, c’est qu’il manque un peu d’endurance, comme il est un peu foufou il a tendance à tout donner dès le début. Après quelques kilomètres, il faut parfois l’encourager pour bien le relancer.
De mon côté, mon point fort c’est justement l’endurance. J’ai une nette préférence pour les courses de longue distance (en compétition, du 10km au marathon), je sais donc gérer mon effort et mon mental. Mon point faible, c’est mon côté trouillarde. En canicross, comme ça va parfois très vite, j’ai du mal à lâcher prise, je cours souvent sur les talons, de peur de chuter ou de me prendre un arbre !

Lo, Lupo et Fyllde

Lo utilise le baume au CBD et beurre de karité Fyllde au quotidien
Lo utilise le baume au CBD et beurre de karité Fyllde au quotidien

Qu’est ce que tu as pensé des produits Fyllde ? Comment les utilises tu ?

J’utilise le baume comme crème hydratante de nuit au quotidien et le trouve assez chouette. La texture et l’odeur sont assez étranges mais il hydrate bien la peau. Il m’est aussi arrivé d’en appliquer sur des courbatures après une bonne séance de fractio, ça a également bien fonctionné.
J’utilise l’huile comme complément alimentaire pour ses vertus relaxantes, en avalant 3 gouttes tous les soirs. Là aussi, ça fonctionne plutôt bien, je dors comme un bébé !

Quels sont tes conseils pour quelqu’un qui souhaiterait essayer d’intégrer le CBD dans sa routine sportive ?

N’ayez pas peur de devenir accro, shooté ou d’être contrôlé positif lors d’un contrôle anti-dopage, la molécule utilisée est garantie sans THC, donc complètement inoffensive. Les produits auront plus d’efficacité s’ils sont associés à un mode de vie sain, alors on y va mollo sur l’apéro;)

Quels genre de produits souhaiterais tu que Fyllde développe à l’avenir ?

Pour moi qui suis une adepte des sorties longues, je trouve qu’une gamme de produits alimentaires à prendre durant l’effort, comme des boissons ou des barres énergétiques pourrait être sympa !


Retrouvez Lupo, Lo et leurs aventures sur le blog Bête de Course !

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×

Panier

Fyllde CBD for everyone

GRATUIT
VOIR